Pourquoi il faut cesser d’acheter mieux

Depuis la naissance de Mia, j’ai le sentiment que les vêtements envahissent nos espaces de vie. Ils me font l’effet de mollusques colorés qui tantôt gisent à même le sol, tantôt sèchent un peu partout. Porter, laver, plier, repasser, ranger,… Et tout recommencer. Je peine à croire l’énergie et le temps investis dans la corvée du linge!

Un dimanche, je m’y résous, j’affronte le monstre: ma garde-robe. Le constat est affligeant! Malgré des efforts pour consommer mieux, mon dressing déborde toujours. J’en suis là lorsque je tombe sur l’article de Louise. Extrait.

« (…) cela fait plusieurs mois que je suis en pleine réflexion sur ma façon de consommer, qui bien qu’orientée vers la mode éco-responsable et éthique n’est finalement pas si « durable » que ça, dans la mesure où je suis continuellement en train d’acheter de nouvelles pièces ».

Soudain, ça me frappe : ce qu’il faut changer, ce n’est pas uniquement ce qu’on achète mais comment on achète… Bref, il ne faut pas acheter mieux. Il faut acheter moins. Et lorsque l’on achète, acheter mieux. Vous suivez?

Je m’explique.

Untitled design (15)

Acheter « mieux » s’avère souvent être un miroir aux alouettes puisque cela n’évite pas d’acheter mal, d’acheter trop, de consommer et de consommer encore.

Concrètement, dans mon cas, le « mieux » se traduit par le fait d’acheter en seconde main; en effet, lorsqu’il s’agit d’éviter la fast fashion, le seconde-main s’avère être la solution la plus abordable – j’y avais d’ailleurs consacré tout un article. Toutefois, ces achats raisonnables ne sont pas raisonnés : ils ne répondent ni à un besoin, ni à une envie particulière. D’où vient donc ce désir compulsif d’acheter? Sur les réseaux sociaux, dans nos boites mails, au détour d’un code promo, à l’ombre d’une solde,… La tentation du trop est omniprésente.

Pour parer à cet écueil, je décide de mettre en place des solutions drastiques : me désabonner aux newsletters des sites de vente en ligne, unliker les pages des marques sur les réseaux sociaux, renoncer aux magazines qui se contentent de vendre de nouvelles tendances tous les mois.

Et en matière d’achat? Ne pas céder au piège du petit prix, du last chance to buy. M’interroger sur les motivations de mon achat. Prendre plaisir à renoncer. Choisir l’achat raisonné plutôt que l’achat raisonnable : je veux prendre le temps de choisir avec soin, de désirer un objet, de l’apprécier et de m’en contenter dans la durée.

Pour amorcer ce changement, j’ai trié méchamment – toujours selon mes 7 principes –  et je me réapproprie chaque jour mes vêtements de manière créative. Et, comme Louise, j’ai décidé de créer une wishlist avec de belles pièces que je m’offrirai au fil de la saison.

Alors, vous me suivez dans cette aventure?

© Auguste et Claire/augusteetclaire.com → blog déco belge 100% inspirant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *